Votre navigateur est obsolète.
Il se peut que ce site ne fonctionne pas correctement avec la version de votre navigateur. Mettre à jour
Les vestiges du port fluvial sont parmi les mieux préservés au monde. Le port était établi le long de l'ancien cours des rivières Natisone et Torre.
© Gianluca Baronchelli

Zone archéologique et la basilique patriarcale d’Aquilée, Italie

Région Frioul-Vénétie julienne, Italie
Aquilée a plus d’une facette. Ville culturelle au carrefour des religions, elle fut l'un des centres les plus animés et des plus importants de l'Empire romain. Ce site est un bijou artistique est historique. Fondée en 181 av. J.-C. et détruite en 452 ap. J.-C par Attila le Hun, la basilique et les mosaïques du site datent du début du IVe siècle. Les fouilles ont mis à jour les restes d'un forum romain, une basilique, un cimetière, les fondations d'une maison et plus encore.

Aquilée était l'une des cités les plus larges et les plus riches du début de l'Empire romain et elle se trouve encore sous terre, non fouillée, pour sa plus grande partie. Pour cette raison, elle est considérée comme la plus grande réserve archéologique de son genre. La ville a joué un rôle historique clé dans l'évangélisation de l'Europe centrale. La collection de mosaïques sur le sol de la basilique est considérable et c’est d'ailleurs l'une des plus grandes et mieux conservées du monde chrétien.

À l’époque romaine, les œuvres d'art en mosaïque n’avaient pas un objectif uniquement esthétique. Alors que dans les maisons, les mosaïques étaient un symbole de richesse et de pouvoir, dans les églises, les chefs religieux y racontaient des histoires liées à la foi. Dans la basilique d'Aquilée, des images incroyablement détaillées donnent un aperçu de la vie religieuse de l'époque, notamment avec l'inclusion de symboles païens. L’utilisation des mosaïques à des fins sociales et politiques, si prédominante à l'époque romaine, a influencé le monde de l'art depuis.

Dans ce détail du cycle de Jonas, le prophète est jeté à la mer d'un bateau et avalé par un monstre marin. - © Gianluca Baronchelli
Dans ce détail du cycle de Jonas, le prophète est jeté à la mer d'un bateau et avalé par un monstre marin. - © Gianluca Baronchelli

Aquilée est peut-être moins connue que sa voisine Venise, toutefois son patrimoine antique a tout autant à offrir à ses visiteurs. À l'intérieur de la basilique, un chemin surélevé passe juste au-dessus des mosaïques et permet aux visiteurs de marcher presque sur les œuvres d'art et de les voir de près dans les moindres détails. Y sont dessinées des scènes colorées de l'Ancien Testament, des représentations culturelles de la vie locale et des portraits de personnalités contemporaines. Des fresques vibrantes de la période byzantine peuvent être trouvées dans ce bâtiment célèbre pour sa contribution fondamentale à l'art européen. Le musée national archéologique de la Villa Cassis est l'un des principaux musées du Nord de l'Italie et par conséquent incontournable. Venez lors des "portes ouvertes" et suivez une visite montrant l'envers des décors des plus importants sites archéologiques.

La source de la culture

Aquilée a été fondée par les Romains en 181 avant JC. Ville culturelle au carrefour des religions, elle fût le siège d'un épiscopat et du gouvernement de Venise et d’Histria. Les descriptions de ce site ancien débordent de superlatifs. C'était l'une des plus grandes villes de l'Empire romain, l'une des communautés les plus animées du début du christianisme occidental et l'un des plus anciens ports de la mer Adriatique. C'était aussi le point de départ des principales routes commerciales, culturelles et militaires de l'Europe du Nord-Est.

Aquilée a été nommé site de l'UNESCO en 1998 et la raison de ce choix fait allusion à l'importance du site. La ville antique a survécu intacte et n’a pas encore été fouillée. Il s’agit de l’ancienne cité romaine la plus complète du monde méditerranéen. En outre, le complexe de la basilique patriarcale a joué un rôle clé dans la propagation du christianisme en Europe centrale au début du Moyen Age.

Tours et détours historiques

Bénéficier d’un emplacement privilégié peut être à la fois une bénédiction et une malédiction. Dans le cas d'Aquilée, sa localisation est à la fois la raison de son expansion et la cause de sa disparition. En 401, la ville est envahie par le roi Alaric et les Wisigoths. Pendant la crise qui s'ensuit, les murs défensifs ne sont pas en mesure d'arrêter l'avancée des seigneurs de guerre en provenance de l'Est. En 452, l'invasion des Huns laisse une marque permanente, faisant d'Attila un symbole de catastrophes dans la tradition populaire frioulane.

Une réplique du Loup Capitoline a été offerte par la ville de Rome en 1919 pour célébrer le vingt et unième centenaire d'Aquilée (181 av. - © Gianluca Baronchelli
Une réplique du Loup Capitoline a été offerte par la ville de Rome en 1919 pour célébrer le vingt et unième centenaire d'Aquilée (181 av. - © Gianluca Baronchelli

Suite à cette première période, l'histoire d'Aquilée reste riche en rebondissements. En 476, à la fin de l'Empire romain d'Occident, la ville connait une reprise, qui dure jusqu'en 568 lorsque le roi lombard Alboin annexe la ville au duché de Frioul. Lorsque la ville voisine de Cividale est nommée capitale de la région et abrite le gouvernement, Aquilée est longtemps abandonnée. Elle reprend vie avec le Saint Empire Romain, tout du moins religieusement. Grâce au soutien de Charlemagne, le Frioul devient un avant-poste au cœur de l'Europe.

En 1077, Henri IV accorde l'indépendance à ce qui devient alors « l’État du Frioul » avec le Patriarche Sigeard à sa tête. Le pouvoir des patriarches dure trois siècles, jusqu'en 1420, quand Aquilée est incorporée à la République de Venise pendant quelques décennies. Puis, après des siècles sous l'Empire autrichien, Aquilée est annexée à l'Italie après la Première Guerre mondiale.

Une vue en plongée montre le centre historique d'Aquilée, un site du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1998. La basilique et la zone archéologique se classent parmi les sites romains les plus importants d'Italie. - © Gianluca Baronchelli
Une vue en plongée montre le centre historique d'Aquilée, un site du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1998. La basilique et la zone archéologique se classent parmi les sites romains les plus importants d'Italie. - © Gianluca Baronchelli

Des siècles d'influence inconnus

Aujourd'hui, Aquilée est une charmante petite ville italienne à 90 kilomètres à l'est de Venise, mais dans l'Antiquité, elle était l'une des plus grandes villes du monde abritant au 2ème siècle après JC une population de 100 000 habitants. Même avant d'entrer sur le site, il est important de noter que la majeure partie de la ville demeure aujourd’hui inexplorée et dort sous les champs, ce qui en fait une réserve archéologique unique et en constante évolution. Ce que les visiteurs peuvent voir, cependant, élargira leur vision de l'histoire et de la culture.

La caractéristique dominante d’Aquilée est sa basilique, érigée au début de la période chrétienne. L'imposant sol en mosaïque remonte à l'église de Théodoros construite au début du IVe siècle et reconstruite entre le XIe et le XIVe siècle dans le style roman et gothique. Les mosaïques au sol (plus de 1300 mètres carrés) représentent l'une des expressions les plus anciennes et les plus extraordinaires de cette forme d'art paléochrétien.

Son complexe comprend le Baptistère et la Südhalle (Hall sud), qui relient le baptistère à la basilique. Les zones archéologiques que le visiteur peut voir sont les marchés, le Forum, le Sepolchretum (cimetière), les restes de quelques belles domus et le Port fluvial, qui se trouve à environ 400 mètres des quais occidentaux, constitué de blocs de calcaire d'Istrie disposés à deux niveaux différents par rapport à la marée montante. Le Musée archéologique national et le Musée paléochrétien complètent les attractions avec leurs collections impressionnantes.

Le Musée paléochrétien est à la fois un musée et un site archéologique. Il permet d'admirer les vestiges d'une basilique paléochrétienne, au-dessus de laquelle se trouve le bâtiment moderne. - © Gianluca Baronchelli
Le Musée paléochrétien est à la fois un musée et un site archéologique. Il permet d'admirer les vestiges d'une basilique paléochrétienne, au-dessus de laquelle se trouve le bâtiment moderne. - © Gianluca Baronchelli


Comment s’y rendre

Aquilée se situe dans le Frioul-Vénétie Julienne, au nord-est de l'Italie, entre Venise et Trieste, à 110 et 40 kilomètres respectivement. Elle se trouve dans une position barycentrique par rapport aux principaux centres culturels et touristiques de la région : Trieste, Udine, Gorizia, Cividale, Palmanova, Grado et Lignano.

Si vous arrivez en voiture, l'autoroute A4 Torino-Trieste (sortie Palmanova) est à seulement 25 kilomètres. De nombreux parkings sont à votre disposition et accueillent voitures et bus.

En train, la gare la plus proche est celle de Cervignano-Aquilée-Grado, située à 7 kilomètres et reliée par des autocars au centre d'Aquilée en 10 minutes.

Si vous arrivez en avion, l'aéroport de Trieste est situé à seulement 13 kilomètres d’Aquilée et relie la région avec les principales villes italiennes et européennes.

Les cyclistes seront également ravis d'approcher Aquilée par la Ciclovia (piste cyclable) Alpe Adria qui relie Salzbourg, en Autriche, et Grado, en Italie.

Quand visiter ?
Aquilée peut être visitée en toute saison. Au printemps et en automne, vous pourrez admirer de beaux reflets et couchers de soleil sur la basilique, le forum et le port fluvial. De plus, la basilique est ouverte le dimanche pour les fonctions religieuses.

Comment visiter
Les zones archéologiques et les musées sont répartis à travers la ville. Il est préférable de visiter Aquilée à pied ou à vélo. Commencez à partir du point d'information touristique qui vous fournira toutes les informations pour une visite agréable et enrichissante. Veuillez garder à l'esprit qu'un code vestimentaire est exigé dans la basilique.

Visiter

Zone archéologique et la basilique patriarcale d’Aquilée, Italie

Horaires

La ville d'Aquilée et ses attractions en plein air sont ouvertes tout au long de la journée et de la nuit.

L'Office de Tourisme est ouvert tous les jours de 9h00 à 13h00 et de 13h30 à 17h30

Basilique, Baptistère et Südhalle :

  • d'avril à septembre, de 9h00 à 19h00
  • en mars et octobre: de 9h00 à 18h00
  • de novembre à février, de 10h00 à 16h00 (samedi, dimanche et jours fériés, de 9h à 17h)
  • 1er janvier, de 10h00 à 17h00
  • Jours de fermeture de la basilique et du baptistère :
  • 25 décembre après-midi
  • 6 janvier, de 14h00 à 15h30
  • Tous les dimanches de 10h00 à 11h30
Tarifs

La meilleure solution est d'acheter la FVG carte, une carte à puce portant le nom du titulaire qui vous permet de découvrir le Frioul-Vénétie Julienne. Il s'agit d'un pass vous donnant accès à un large éventail de services pour explorer toute la région. À partir de la date de la première utilisation, il est valable 48 heures, 72 heures ou 7 jours et vous donne accès gratuitement à toute attraction à Aquilée, y compris les audioguides et les visites guidées.

48 h 18 €
72 h 21 €
1 semaine 29 €